Tout savoir sur l’isolation

isolation 1 euro

L’installation d’un isolant dans un nouveau logement ou l’ajout d’un isolant à un bâtiment existant peut avoir une incidence significative sur le confort et la performance énergétique de la maison, mais il est essentiel que l’isolation soit correctement installée. Lisez l’article en conjonction avec Isolation pour savoir comment installer une isolation dans différents types de construction et des conseils utiles pour obtenir les résultats que vous souhaitez.

Dans le code du bâtiment australien (BCA), la résistance d’un matériau de construction au flux de chaleur, exprimée en «valeur R totale», varie en fonction de la zone climatique et de la hauteur du site de construction au-dessus du datum australien. Assurez-vous de respecter les exigences de la BCA en matière d’efficacité énergétique des structures de bâtiment.

conseils d’Installation

Pour installer un isolant sans compromettre son efficacité, vous devez prendre en compte un éventail de problèmes: ponts thermiques, pare-vapeur, ventilation, espaces d’air et manipulation physique des différents types d’isolant.

Pontage thermique

Le cadre de bâtiment peut servir de pont thermique, en particulier dans les climats froids, conduisant la chaleur et lui permettant de contourner une isolation par ailleurs efficace. L’ossature métallique pose un problème particulier en raison de sa conductivité élevée. La présence du cadre réduit la valeur d’isolation globale, car il peut constituer jusqu’à 15% de la surface du mur, du plafond ou du sol. Pour aider à surmonter l’effet des ponts thermiques:

  • installer des bandes isolantes en polystyrène entre le cadre en métal et le revêtement, qui doivent avoir une épaisseur minimale de 12 mm et une valeur R de 0,2
  • fixez les isolants en vrac, tels que les panneaux de polystyrène, sur la surface externe ou interne du cadre.

Barrières de vapeur

Les barrières de vapeur comprennent des feuilles de polythène, des feuilles réfléchissantes, des plaques de plâtre renforcées de feuilles et des surfaces peintes résistantes à l’eau bien entretenues. Un isolant résistant à l’eau, tel que le polystyrène, peut également servir de pare-vapeur. Collez ou collez tous les joints dans les pare-vapeur pour empêcher l’humidité de pénétrer.

Utilisez des pare-vapeur pour protéger de la condensation:

  • dans les climats très humides (tropicaux)
  • dans les climats froids où la différence entre la température intérieure et extérieure est significative
  • dans les combles avec un faible taux de ventilation (par ex. plafonds cathédrale ou en pente)
  • dans les situations où de grandes quantités de vapeur sont générées et non épuisées
  • sur le dessous de la toiture métallique, afin de minimiser les risques de condensation et de corrosion.

Installez des pare-vapeur sur le côté chaud de l’isolant:

  • dans les climats froids, à l’intérieur de l’isolant (directement au-dessus de la doublure du plafond et à côté de la doublure du mur intérieur)
  • dans les climats chauds, à l’extérieur de l’isolation.

ventilation

Ventilez le toit autant que possible pour permettre à la chaleur accumulée de se dissiper. Même dans les climats plus froids, une ventilation minimale est souhaitable pour permettre à l’humidité accumulée de s’échapper. Les interstices le long de la ligne de crête ou entre les dalles assurent souvent une ventilation suffisante. Des évents à pignon ou à l’avant-toit peuvent également être utilisés.

Les combles ventilés sous des toits métalliques sous des climats trop humides (tropicaux) peuvent entraîner une condensation excessive dans le comble la nuit. Vous pouvez empêcher la condensation de s’égoutter sur la face inférieure des toitures métalliques au plafond en installant un film réfléchissant semblable à celui utilisé sous les tuiles de toit, ou en utilisant une couverture de bâtiment à revêtement en aluminium (couverture anti-condensation) sous le toit en métal ou en fermant les évents la nuit pour empêcher l’air de nuit d’entrer dans le toit.

Dans les zones exposées aux feux de brousse, couvrez toutes les ouvertures avec un fin maillage en acier inoxydable pour empêcher les cendres de pénétrer dans le toit. Protégez les espaces de toit des intempéries et de la vermine.

Lacunes

Évitez les trous dans tous les types d’isolation. Même un petit espace peut réduire considérablement la valeur isolante. Ajustez bien vos matelas et ne laissez pas d’espaces libres autour des conduits et des tuyaux. Colmatez les trous et adhère à l’isolant réfléchissant. Assurez-vous que les extrémités des feuilles multicellulaires et en accordéon sont bien scellées et que les coins des murs, des plafonds et des planchers sont correctement isolés, car ce sont les zones où les fuites de chaleur se produisent le plus souvent.

Pour des raisons de sécurité, vous devez laisser un dégagement minimum autour des objets chauds, tels que les carneaux de cheminée, les downlights encastrés et leurs transformateurs (voir «Conseils de santé et de sécurité» ci-dessous).

Cadre mural avec isolation.

L’isolation des murs doit toucher les cadres de portes et de fenêtres. Dans les climats froids, les cadres métalliques autour des vitrages doivent comporter des ruptures thermiques afin de réduire les pertes de chaleur. (voir vitrage)

Isolez les murs intérieurs entre la maison et les espaces non isolés tels que les garages et les débarras.

Isolation en vrac

Ne compressez pas l’isolant en vrac car cela réduit son efficacité. Assurez-vous qu’il y a suffisamment d’espace pour que l’isolant conserve son épaisseur normale.

Gardez l’humidité à l’écart des isolants en vrac, sinon leurs performances seront réduites (les types résistant à l’eau sont une exception). Utilisez un pare-vapeur où il y a un risque de condensation.

Limitez l’isolation en vrac dans les cavités afin qu’elle n’entre pas en contact avec la peau externe poreuse du mur. Cela peut être fait avec un film stratifié réfléchissant perforé (RFL), un fil de pêche non corrosif ou une ligne de pêche en nylon.

L’isolation de remplissage de cavité (mousse de remplissage ou de mousse injectée) est particulièrement utile pour l’isolation des murs de cavité existants. Vérifiez que les codes du bâtiment locaux autorisent l’utilisation d’isolants de remplissage par cavité.

Les problèmes potentiels à prendre en compte incluent la surchauffe des câbles électriques, l’humidité (si l’isolant est absorbant) et le transfert d’humidité à travers la cavité par capillarité. Les mousses injectées peuvent également provoquer une flexion des murs dans certains cas.

Les isolants en vrac ne doivent pas être utilisés dans les toits ou les plafonds à forte pente présentant une pente de 25 ° ou plus. Dans d’autres applications, conservez la densité de l’isolation afin d’éviter de réduire la valeur R. Notez que l’isolant en vrac peut déposer jusqu’à 25% avec le temps. Demandez à votre entrepreneur pour une «valeur R établie» garantie.

Isolation 1 euro

Maintenez un espace d’air d’au moins 25 mm à côté de la surface brillante de l’isolant réfléchissant. Sinon, les propriétés isolantes sont réduites.

La poussière se déposant sur la surface réfléchissante de l’isolant réduit considérablement ses performances. Faites face aux surfaces réfléchissantes vers le bas ou maintenez-les à la verticale.

Utilisez une feuille réfléchissante perforée dans les murs lorsque vous construisez avec des matériaux poreux. Les perforations empêchent les gouttelettes d’eau de pénétrer, mais laissent passer la vapeur afin que l’isolant puisse sécher s’il devient humide. Cela évite la pourriture derrière les planches, par exemple.

La feuille isolante réfléchissante ne doit pas être placée sur les plafonds ou les solives de plafond, ni sous les planchers, car elle est électriquement conductrice. Une telle isolation doit également être sécurisée avec des agrafes non conductrices.

Conseils santé et sécurité

Portez des vêtements de protection, des gants et un masque lorsque vous installez un isolant en laine de verre, en laine minérale ou en fibre de cellulose. Ces matériaux peuvent provoquer une irritation à court terme de la peau, des yeux et des voies respiratoires supérieures. Il est recommandé de toujours porter des équipements de protection lorsque vous travaillez dans des combles poussiéreux.

Portez une protection oculaire adéquate lors de l’installation d’un isolant réfléchissant, car il peut émettre un éblouissement douloureux et vous devez prendre en compte le risque accru de coups de soleil.

Les matériaux isolants contenant une feuille réfléchissante doivent être tenus à l’écart du câblage et des raccords électriques et ne doivent pas être fixés à l’aide d’agrafes métalliques.

Le câblage électrique doit être de taille appropriée ou il pourrait surchauffer s’il est recouvert d’isolant. Faites-le inspecter par un électricien agréé.

Laissez un dégagement autour des conduits chauds, des ventilateurs d’extraction, des appareils et des raccords qui pénètrent dans le plafond conformément aux instructions d’installation du fabricant.

Dégagements autour des downlights

Les incendies au plafond ont considérablement augmenté avec l’utilisation plus courante de downlights qui pénètrent dans le plafond. Veillez à respecter les dégagements minimaux autour des downlights et assurez-vous que les transformateurs ne se trouvent pas sous l’isolation. Dans la mesure du possible, évitez d’utiliser des luminaires encastrés car ils dissipent également beaucoup de chaleur à travers les interstices nécessaires à l’isolation du plafond environnant.

Les luminaires encastrés et leur équipement auxiliaire doivent être installés de manière à empêcher la lumière et le matériel de surchauffer et d’enflammer les matériaux combustibles environnants. Il convient de noter en particulier les instructions d’installation du fabricant pour les lampes comportant des avertissements concernant le fait de les recouvrir d’isolant ou affichant le symbole suivant signifiant «Ne pas couvrir».

La chaleur générée par les luminaires encastrés doit être dissipée afin de ne pas endommager la lumière ou les matériaux adjacents. Conformément à la norme AS 3999, Isolation thermique des logements – isolation en vrac – exigences d’installation, vous pouvez le faire en:

  • installation de lampes certifiées par le fabricant comme pouvant être utilisées en contact avec des matériaux combustibles ou en contact avec ou recouvertes d’un isolant
  • l’installation de feux en combinaison avec une barrière de sécurité incendie testée et classée conformément à la norme AS / NZS 5110, barrière d’éclairage encastrée standard, ou
  • séparer la lumière de l’isolation et des éléments de construction combustibles.

Installation sûre de l’éclairage de plafond.

Pour les appareils d’éclairage encastrés, lorsque les instructions d’installation du fabricant ne fournissent pas d’informations sur les dégagements requis, ils peuvent être installés à l’aide d’un boîtier approprié approuvé par les normes australiennes pour la sécurité électrique et anti-incendie. Lorsque les barrières ne sont pas utilisées, laissez un dégagement minimum de 200 mm au-dessus et de chaque côté de tout élément de structure, avec un intervalle de 50 mm pour les transformateurs d’éclairage. Reportez-vous à l’installation électrique AS / NZS 3000: 2007 (règles de câblage) pour obtenir des informations plus détaillées.

Si l’isolation du plafond est en vrac ou mal fixée, ou s’il est possible que des matières combustibles étrangères telles que des feuilles et des débris de vermine pénètrent dans la toiture, maintenez un espace libre en prévoyant une barrière conforme à la norme AS / NZS 5110 ou une protection. collier construit en matériau résistant au feu.

Jeu minimal par défaut pour les luminaires encastrés.

Lorsque des luminaires encastrés sont installés dans un espace de toit accessible, un panneau d’avertissement permanent et lisible doit être installé dans l’espace de toit adjacent au panneau d’accès, dans une position visible pour toute personne pénétrant dans l’espace. La signalisation doit être conforme à la norme AS 1319, Signalisation de sécurité pour le lieu de travail, et contenir les termes indiqués ici.

Un panneau d’avertissement doit être installé dans les toits accessibles contenant des lumières encastrées.

Installation details

Les «valeurs R totales» décrivent la résistance totale au flux de chaleur fournie par un toit et un plafond, un mur ou un sol. Ces valeurs sont calculées à partir des résistances de chaque composant, isolation comprise.

Les valeurs R totales sont le meilleur indicateur de performance car elles montrent comment l’isolant se comporte dans l’enveloppe du bâtiment. Les valeurs R totales sont utilisées lors du calcul des cotes d’efficacité thermique.

Pour estimer la valeur R totale:

  • Consultez le Manuel d’isolation ICANZ, Partie 1, Performances thermiques [lectures supplémentaires à présent sur www.google.com.au ] pour trouver le type de construction qui correspond à votre situation (par exemple, un toit en tuiles en pente avec un plafond plat et un toit non ventilé).
  • Calculez la résistance thermique totale des composants de construction de votre type de construction.
  • Ajoutez la valeur de matériau ou de système de l’isolation que vous installez pour obtenir une valeur R totale approximative.

Par exemple, l’ajout d’un isolant en vrac avec une valeur R de 2,5 sur le matériau augmente les valeurs R totales supérieure et inférieure d’environ 2,5, tant que le matériau n’est pas comprimé.

L’ajout d’une isolation réfléchissante avec une valeur R de système de 1,7 en haut, de 3,0 en bas augmente les valeurs R totales en montée et en descente de ces valeurs, à condition que l’isolation soit installée comme spécifié avec des entrefers.

Cette méthode fournit une estimation utile, mais de nombreux facteurs peuvent réduire la valeur R totale. Ils comprennent les ponts thermiques, la compression des isolants en vrac, la déposition de poussières sur les isolants réfléchissants et l’absence d’un intervalle d’air adéquat pour les surfaces réfléchissantes.

Remarque: Les normes révisées actuellement en préparation (2013) exigent que tous les isolants réfléchissants soient dotés d’un revêtement antireflet, ce qui réduira les performances thermiques de la surface supérieure.

La résistance thermique totale de chaque type de construction a été calculée à l’aide des informations fournies par les normes australiennes.

Les valeurs R totales pour les toits, les plafonds et les planchers sont exprimées sous forme de valeurs montantes et descendantes. La résistance thermique à l’écoulement de la chaleur et à l’écoulement de la chaleur peut varier considérablement. Les valeurs R totales pour les murs sont exprimées sous la forme d’un chiffre unique, dans la mesure où le flux thermique entrant et sortant à travers les murs ne correspond pas nécessairement au flux thermique ascendant et descendant.

Isolation de toit et de plafond

L’installation d’isolants de toit et de plafond permet d’économiser jusqu’à 45% d’énergie de chauffage et de refroidissement.

Toits en pente avec plafonds plats

C’est le type de construction le plus courant et le plus facile à isoler. La BCA spécifie différentes exigences d’isolation pour les toits et les plafonds en fonction de la zone climatique.

Toit

Une seconde couche de RFL (sous-couche en sarking ou en feuille) sous le toit augmente la résistance à la chaleur radiante. Cela peut être utile dans les climats chauds. Assurez-vous qu’il y a au moins 25 mm d’espace entre les surfaces réfléchissantes et les autres matériaux. Placez RFL en regardant directement sous le matériau de couverture entre les lattes et les chevrons avec le côté brillant vers le bas.

Toit incliné avec plafond plat.

Plafond

Placez l’isolation du plafond entre les solives. Les isolants en vrac appropriés comprennent les matelas, les panneaux de remplissage en vrac et les panneaux de polystyrène. Dans les régions alpines, deux couches d’isolation en vrac peuvent être installées pour augmenter les performances thermiques, une entre les solives et la seconde en haut.

Il existe des risques liés au revêtement isolant des solives de plafond. Par exemple, il est impossible d’identifier les endroits où il est possible de marcher en toute sécurité lors de l’accès au toit. Si l’isolant est retiré à chaque accès au toit, il doit être réinstallé conformément à la norme australienne.

Un isolant réfléchissant approprié comprend des matelas multicellulaires, qui doivent être placés entre les solives de plafond. Installez l’isolation strictement en conformité avec les instructions du fabricant. Ne pas le faire peut réduire considérablement les valeurs d’isolation.

Plafonds qui suivent la ligne de toit

Ceux-ci comprennent les plafonds en pente, les plafonds cathédrale, les plafonds voûtés et les toits plats ou polyvalents, où aucun espace de toit n’est accessible. Concevez des plafonds avec suffisamment d’espace pour permettre une isolation adéquate, y compris les fentes d’air nécessaires.

Les plafonds à chevrons cachés sont plus faciles à isoler et doivent être considérés de préférence aux plafonds à chevrons apparents. Les plafonds à chevrons apparents nécessitent des produits isolants avec une valeur R supérieure par unité d’épaisseur en raison de l’encombrement à l’intérieur du plafond.

Consultez le fabricant de l’isolant pour connaître les dégagements d’installation. À titre indicatif, les hauteurs de dégagement minimales pour les plafonds parallèles au toit sont les suivantes:

  • R3.0 en vrac: 130mm
  • Panneaux de polystyrène R3.0: 85 mm.

Utilisez un isolant recouvert de sarking ou de papier d’aluminium sous les toits en métal, en veillant à laisser un espace d’au moins 25 mm sous la surface réfléchissante de l’isolant. Ne pas utiliser d’isolant recouvert d’une feuille d’aluminium sous les toits en tuiles.

Les chevrons cachés.

Chevrons apparents avec isolation en polystyrène. Les contre-lattes doivent être fixées aux chevrons avec des fixations appropriées pour empêcher la rupture du toit par temps de tempête ou de grand vent.

Les isolants en vrac appropriés comprennent les panneaux et les matelas de polystyrène. Un isolant réfléchissant approprié comprend des matelas multicellulaires et du type concertina.

Chevron exposé avec isolation en feuille multicellulaire.

Les chevrons apparents nécessitent une hauteur minimale de 75 mm.

L’isolation composite appropriée comprend des panneaux de polystyrène revêtus de feuille d’aluminium. Si des chevrons sont exposés, la hauteur minimale des lattes est de 75 mm pour permettre deux espaces d’air réfléchissants de 25 mm de chaque côté des planches. L’utilisation de panneaux de polystyrène revêtus d’une feuille d’aluminium de 25 mm et du marquage RFL donne une valeur R totale d’environ 1,7 à 2,9. Si des valeurs R plus élevées sont requises, des hauteurs de lattes plus grandes seront nécessaires pour permettre une isolation plus épaisse.

Platelage de toit en métal.

Les couvertures recouvertes de papier d’aluminium sont principalement utilisées pour réduire la condensation dans la toiture, réduire le bruit provenant des toitures métalliques et fournir un pare-vapeur. Ils sont parfois utilisés comme isolant thermique, mais il est préférable d’utiliser un isolant de plafond plus épais pour le contrôle thermique. La compression de la couverture sur les lattes diminue la valeur R totale.

Isolation des murs extérieurs

L’isolation de vos murs permet d’économiser jusqu’à 15% supplémentaire d’énergie de chauffage et de climatisation.

Murs encadrés

Murs de planche

La résistance thermique totale de la construction de murs en panneaux de météorologie typiques est d’environ 0,45 R, augmentant à 0,9 R avec une isolation RFL. Ceci est insuffisant pour la plupart des exigences de conformité ou de durabilité du code du bâtiment et doit être complété par une isolation supplémentaire.

Utilisez une feuille réfléchissante perforée sur l’extérieur du cadre. Pour des niveaux d’isolation supérieurs, ajoutez une feuille réfléchissante entre les poteaux. Assurez-vous que l’espace entre les surfaces réfléchissantes est d’au moins 25 mm.

Feuille réfléchissante perforée et isolation en vrac sous la planche à voile.

Vous pouvez également utiliser une isolation en vrac avec une enveloppe de bâtiment perforée. Assurez-vous que les matelas tiennent bien dans la cavité sans compression, en veillant à laisser un espace d’au moins 25 mm par rapport à la surface réfléchissante.

Murs de placage de brique

La résistance thermique totale de la construction typique de murs en placage de brique est d’environ 0,45 R, augmentant à 1,4 avec l’isolation RFL. Ceci est insuffisant pour la plupart des exigences de conformité ou de durabilité du code du bâtiment et doit être complété par une isolation supplémentaire.

Feuille réfléchissante sous placage de brique.

Pour des niveaux d’isolation supérieurs, ajoutez des plaques réfléchissantes entre les montants, en veillant à ce que les espaces d’air entre chaque surface réfléchissante soient d’au moins 25 mm. Utilisez une isolation en vrac avec une bande de construction ou une enveloppe perforée sur l’extérieur du cadre pour éviter que les tapis ne touchent la peau de brique poreuse.

Isolant en vrac séparé de la peau de brique poreuse par cerclage.

Placage de brique avec panneau de mousse.

La fixation de l’isolant à l’extérieur des montants permet de réduire les ponts thermiques par temps froid. Le placement de l’isolant à l’extérieur donne une valeur R totale plus élevée que le placement de l’isolant entre les poteaux.

Les matériaux appropriés comprennent les panneaux de polystyrène, les matelas de laine de roche haute densité et les panneaux de polystyrène revêtus de feuille d’aluminium avec un espace d’air réfléchissant d’au moins 25 mm. Laissez suffisamment de place aux maçons pour poser la peau extérieure (environ 35 mm).

Murs de briques de cavité

La résistance thermique totale de la construction typique d’un mur en briques creuses est d’environ R0,5. Ceci est insuffisant pour la plupart des exigences de conformité ou de durabilité du code du bâtiment et doit être complété par une isolation supplémentaire.

Mur de briques creux avec mousse extrudée.

Utilisez des panneaux de mousse ou un remplissage par cavité (mousses en vrac ou injectées).

L’isolation par cavité est principalement utilisée pour isoler les murs de briques creuses existants. Vérifiez que les réglementations locales en matière de construction autorisent l’utilisation du remblayage. Il doit être traité pour être hydrofuge. (voir Isolation)

Les panneaux de mousse avec des surfaces réfléchissantes ne fonctionnent pas correctement si les fentes d’aération ne sont pas suffisamment grandes ou si les surfaces réfléchissantes se salissent pendant la construction.

L’utilisation d’un remplissage par cavité dans des murs en double brique fournit une valeur R totale d’environ R1,3 (en fonction de la largeur de la cavité).

Murs solides

Les murs pleins comprennent des blocs de béton, des panneaux de béton, de la pierre, de la brique de terre crue, du pisé (pisé) et une construction en brique pleine sans cavité.

La résistance thermique totale de la construction en paroi solide sans cavité est d’environ R0.3 à R0.4. Ceci est insuffisant pour la plupart des exigences de conformité ou de durabilité du code du bâtiment et doit être complété par une isolation supplémentaire.

Les murs solides peuvent être isolés à l’intérieur ou à l’extérieur. Ne pas isoler l’intérieur des murs dont la masse thermique doit être utilisée. L’isolation isole la masse thermique de l’intérieur, gaspillant son potentiel de chauffage passif bénéfique.

Mur plein avec barrière anti-humidité interne en mousse.

Les matériaux appropriés comprennent les panneaux de polystyrène, les matelas en vrac et les panneaux de mousse revêtus de feuille d’aluminium avec une couche d’air calme d’au moins 25 mm de chaque côté. Pour les murs intérieurs, les produits de plaques de plâtre incorporant du polystyrène conviennent également.

Mur plein avec polystyrène externe et enduit.

Sur les murs extérieurs, le polystyrène peut être revêtu d’une finition extérieure, telle que le rendu. Aucune imperméabilisation supplémentaire n’est requise. Fixez les matelas en vrac entre les lattes et recouvrez-les d’un revêtement imperméable.

Isolation de sol

Planchers suspendus

La BCA précise qu’un sol suspendu, autre qu’un plancher intermédiaire dans un bâtiment de plus d’un étage, doit atteindre une certaine valeur R pour le sens du flux de chaleur vers le bas pour la zone climatique concernée. En outre, un tel plancher suspendu doté d’un système de chauffage ou de refroidissement dans la dalle doit être isolé autour du bord vertical de son périmètre et sous la dalle avec un isolant ayant une valeur R d’au moins 1,0.

Dans les climats froids, certains climats mixtes et les climats chauds où la climatisation est utilisée:

  • fermez si possible l’espace du sous-plancher (maintenez une ventilation suffisante pour répondre aux exigences des bâtiments locaux)
  • le cas échéant, installer la sous-couche et la moquette ou poser des panneaux isolants sous les revêtements
  • isoler le dessous des planchers en bois ou des dalles suspendues exposées à l’air extérieur
  • isoler le dessous des dalles suspendues chauffées.
Planchers de bois

La résistance thermique totale de la construction d’un plancher en bois typique est d’environ 0,3 et de 0,4 environ. Avec l’isolation RFL, il est d’environ 0,6 RU et de 1,0 RB environ. Ceci est insuffisant pour la plupart des exigences de conformité ou de durabilité du code du bâtiment et nécessitera une isolation supplémentaire.

Utilisez des feuilles perforées en RFL ou en accordéon, agrafées sur le côté des solives avec des agrafes non conductrices.

Plancher de bois avec feuille perforée en accordéon.

Plancher de bois avec isolation en vrac.

Ajoutez de l’isolant en vrac sous le sol, soutenu par un cordon ou un fil de nylon, comme indiqué.

Dalles de béton suspendues

La résistance thermique totale de la construction typique de dalles de plancher en béton suspendu est d’environ 0,3 et de 0,4. Ceci est insuffisant pour la plupart des exigences de conformité ou de durabilité du code du bâtiment et nécessite une isolation supplémentaire.

Dalle suspendue avec du polystyrène.

Ajouter des panneaux de mousse ou des panneaux de mousse revêtus d’aluminium. Des fixations spéciales doivent être utilisées avec les panneaux revêtus de feuille d’aluminium pour permettre une couche d’air calme entre l’isolant et la dalle.

Dalle sur sol

La BCA spécifie que les bords verticaux d’une dalle au sol ne doivent être isolés que s’ils se situent dans la zone climatique 8 (climat froid) ou lorsqu’un chauffage ou une climatisation dans la dalle est installé dans la dalle. (Voir 3.12.1.5 Floors in BCA 2010, Volume Two.)

Isolation du bord de la dalle.

L’isolation du bord de la dalle est généralement suffisante, environ 80% de la perte de chaleur se produisant par le bord. Installez une isolation de bord avant que la dalle ne soit coulée. N’installez pas d’isolation sous des poutres en béton.

Suivez les instructions du fabricant, en particulier en ce qui concerne l’emplacement de l’isolant par rapport à la membrane d’étanchéité. Dans les zones exposées aux termites, des précautions peuvent être nécessaires. Consultez votre centre d’information sur le bâtiment local.

Les panneaux de polystyrène R1.0 situés sur le bord de la dalle donnent une valeur R totale d’au moins 2,2 (section isolée uniquement).

Pour des performances plus efficaces, déployez une ailette supplémentaire en polystyrène horizontalement à partir du bord de la dalle, comme indiqué.

Dalle avec ailette en polystyrène.

L’aileron doit s’étendre sur 1 à 1,5 m et peut être posé sous un pavage extérieur. La présence de l’aileron influe sur les gradients de température du sol, ce qui se traduit par des températures au sol plus stables sous la dalle.

L’aileron est facile à installer et peut être installé ultérieurement sur les dalles existantes. Il n’interfère pas avec la capacité de charge des semelles.

Isolez la face inférieure des dalles de sol en présence d’eau souterraine. Cette méthode peut également être utilisée dans les climats alpins et dans les endroits où le chauffage de dalles est utilisé, bien que la méthode « à ailettes » puisse être tout aussi efficace. L’isolation sous les dalles doit avoir une résistance à la compression élevée et être résistante à la pénétration d’humidité et à la pourriture. Si le matériau est comprimé, il n’agit plus comme isolant et peut même entraîner une défaillance structurelle. Certaines gousses de gaufres peuvent être utilisées pour l’isolation sous la dalle, à condition qu’elles répondent aux critères ci-dessus.

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest